Se rendre au travail à vélo ne nécessite pas d’être sportif ou aventurier mais de s’habituer à quelques règles simples. En les respectant, vous vous sentirez plus en sécurité et davantage détendu sur votre trajet quotidien. Les infrastructures cyclistes parisiennes sont encore, hélas (c’est moins le cas à Nantes), comparées à d’autres capitales européennes, sous-développées pour que l’espèce cycliste puisse évoluer sans crainte d’extinction. Il s’agit donc de s’adapter intelligemment à l’environnement biotique (les autres êtres vivants tels que les automobilistes) et abiotique (tel que la température ou l’ensoleillement).

Le cycliste urbain développe donc des techniques de survie qu’il convient de respecter :

 

Porter un casque : impératif !

Même si vous utilisez le Vélib, le port du casque devrait être obligatoire. Il ne l’est pas et c’est bien dommage.

 

Etre vu : la technique du camouflage n’est pas la bonne

Même si l’agent du MAEDI doit être élégant en n’importe quelle circonstance, l’exception s’applique quand il se rend au travail en vélo. La chasuble jaune fluo est devenue un accessoire essentiel et un véritable marqueur de mode. Il n’est pas nécessaire d’attendre la nuit et l’absence d’éclairage public pour la porter. Elle peut aussi se décliner en orange ou blanc. A cela s’ajoute la nécessité de clignoter en rouge à l’arrière et en blanc à l’avant de votre bicyclette, de nuit bien entendu, mais plus généralement quand la lumière décline.

 

Faire partie de la circulation : le bon cycliste est celui qui s’intègre au « mainstream », avec toute fluidité nécessaire

La meilleure façon d’esquiver ce prédateur que sont les automobilistes, chauffeurs de bus, camionneurs, livreurs, c’est d’acquérir leur respect : en respectant le code de la route, en restant courtois et gentils avec tout le monde (même avec les scooteurs), en étant sûr de son droit sans s’énerver.

 

Ne pas rouler trop près des voitures en stationnement

Il n’y a pas plus sournois qu’un véhicule en stationnement. Les Parisiens sont toujours pressés. Ils le sont tellement qu’ils n’ont pas une seconde disponible pour jeter un coup d’œil dans leur rétroviseur avant d’ouvrir la portière de leur voiture.

 

Ne pas flirter avec le trottoir : il est un loup pour le cycliste

Un écart de trajectoire est la roue arrière du vélo heurte les bordures. En outre, les imperfections de la chaussée sont presque toujours au plus près des trottoirs, notamment les bouches d’égouts dont certaines ont des grilles conçues spécialement pour piéger les roues de vélos (merci le service de la voirie), surtout lorsqu’elles sont fines.

 

Soyez concentré

Le principal intérêt de la pratique des trajets quotidiens en vélo c’est la totale déconnexion, ce qui n’est plus le cas en voiture. Lire ses textos, consulter son compte Facebook ou, pire encore, téléphoner en pédalant est non seulement contre-nature mais excessivement dangereux (il faut laisser cette pratique au scooteur en pariant de ce fait à une disparation de l’espèce dans un avenir proche).

 

Etre bien équipé : un bon cadre, de bons freins, de bonnes roues et un bon système de porte-bagages

Le cycliste urbain, après peu de pratique régulière, est plus rapide, plus en forme, plus détendu et participe tous les jours d’une cause mondiale, ce qui est déjà une source de grande satisfaction. Désormais, il peut être aussi « classe » en plus d’être résolument moderne. Le matériel de vélo a considérablement évolué ces dernières années alliant esthétisme, confort, polyvalence et efficacité. N’hésitez pas à investir un peu plus dans un matériel beau et de qualité. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. qui se fera un plaisir de vous conseiller en fonction de votre pratique et de vos goûts spécifiques.

 

Pollution ...

En cas de pic de pollution, vous pouvez continuer à faire du vélo mais en évitant tout effort violent, du genre montée de côtes ardues ou sprint final. L’usage d’un masque à particules ne semble pas probant. Plus d'information sur le site www.provelo.org

 

Yann Hwang