Mélanie et Barbara

Nos collègues de l’Ambassade de France en Argentine, Barbara et Mélanie, partagent avec nous leur expérience pour aller tous les jours à vélo au travail à Buenos Aires.

1) Pourquoi avez-vous choisi de venir au travail à vélo ? Est-ce votre unique moyen de transport ?

Barbara : Il y a plusieurs raisons : éviter les embouteillages en heures de pointe, faire une activité physique quotidienne (il y a une piste cyclable sur une bonne partie de mon trajet domicile-travail). De manière générale, j’aime le vélo, je l’utilisais beaucoup à Paris (entre autres pour aller travailler). Le temps à Buenos Aires est souvent agréable et rend la pratique du vélo encore plus agréable ! Quand il pleut j’utilise le bus ou le taxi.

Mélanie : J’aime être au grand air et l’exercice physique me permet d’évacuer un peu d’adrénaline avant de rentrer à la maison ! En outre, le trajet que j’emprunte est très agréable, tout en pistes cyclables et à travers parcs et jardins. J’ai aussi une voiture, pour les jours pluvieux ou lorsque je dois transporter du matériel ou des dossiers encombrants.

2) Depuis quand vous déplacez-vous à vélo ?

Barbara : En Argentine, dès mon arrivée ! D’abord grâce à Ecobici (équivalent du Vélib’) qui est totalement gratuit et ensuite je me suis achetée un vélo.

Mélanie : Depuis le collège !

3) Que pensez-vous de la circulation à vélo à Buenos Aires ? Quels sont les points positifs et négatifs selon vous ?

Mélanie : Il y a beaucoup de pistes cyclables, bien aménagées et protégées, ainsi que des applis qui permettent de les repérer en ville. Mais hors des pistes cyclables, point de salut pour les cyclistes car les automobilistes ne sont pas encore habitués aux vélos.

Barbara : Il y a pas mal de pistes cyclables, ce qui rend la circulation à vélo possible. Dans les rues où il n’y en a pas cela peut être assez dangereux. J’ai récemment été heurtée par une voiture qui n’avait pas respecté la priorité piétons/vélos à un croisement entre la piste cyclable et une autre rue.

4) Comment voyez-vous l’avenir pour l’éco-mobilité à Buenos Aires ?

Mélanie : La municipalité de Buenos Aires est très investie dans l’éco-mobilité : pistes cyclables toujours plus nombreuses et plutôt bien entretenues, système de Vélib’ comme en France, stations gratuites réparties dans plusieurs endroits de la ville pour de petites réparations ou le gonflage des pneus.

Barbara : Un gros effort pourrait être fait pour sensibiliser les automobilistes à Buenos Aires sur l’existence de cyclistes sur les routes et à leur respect. La multiplication des pistes pour les vélos ne peut être qu’un atout. Et la suppression de bus qui sont ici beaucoup trop nombreux, dangereux et polluants serait une énorme avancée en matière de désengorgement routier, de pollution acoustique et atmosphérique, et d’esthétique urbaine.