Actions

L'association a notamment pour objectifs d'améliorer les installations disponibles au ministère et dans le réseau des ambassades. Il s'agit notamment de proposer à l’administration d'améliorer les conditions de stationnement des vélos, de mettre en place les vestiaires et douches et enfin d'accompagner le ministère dans le déploiement des Diplolib. Vos remarques et revendications sont les bienvenues. Faites nous connaitre vos besoins.

L’association se préoccupe à court terme des conditions offertes aux vélos dans le cadre du chantier Quai d'Orsay 21 qui débutera prochainement : conditions d'accueil pendant les travaux, nouveaux espaces après les travaux.

L'association se fixe pour premiers objectifs :

  • la recherche de solutions à même de faciliter le parking de vélos (dans un premier temps sur les 3 sites du Quai d’Orsay, des Invalides et de Convention).
  • la mise en place de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) au MAEDI afin de prendre en compte la démarche des utilisateurs de vélo.
  • une réflexion commune avec la DIL et particulièrement les BAU autour de l’usage des Diplolib, afin notamment de faciliter leur usage et leur diffusion.
  • dans le cadre de l’opération Quai d’Orsay 21, l’intégration dans le projet de réhabilitation du site de douches et de penderies individuelles dans les bureaux (sur le modèle de ce qui se fait à Convention).
  • proposer au MAEDI la mise en place de vélos électriques sur le modèle de Diplolib afin de faciliter les déplacements travail-travail.

Depuis plusieurs années, l’OMS nous encourage à diminuer notre sédentarité, liée à nos modes de transport passifs (automobiles, transports en commun..) et à nos modes de vie (travail sur écran…). Pour lutter contre ce phénomène, outre le respect d’une « bonne hygiène de vie », l’OMS préconise au moins 150 à 300 minutes d’activité physique réparties sur la semaine.

Vous êtes nombreux à avoir répondu à l’enquête sur les Diplolib’. Il y a eu également beaucoup de commentaires. Merci ! Ci-dessous, les résultats chiffrés. Nous allons rendre compte à la DIL de cette enquête réalisée à sa demande et nous pourrons en parler à l’Assemblée générale de Diplomacycles que nous pourrions réunir aux environs du 21 avril.

Résultats chiffrés de l’enquête sur les Diplolib’ réalisée en février-mars 2017 auprès des adhérents et sympathisants de Diplomacycles :

  • 75 % savent ce que c’est un Diplolib’ mais seuls 7 % s’en sont servis
  • 88 % aiment le principe et 100 % soutiennent la démarche
  • 78 % considèrent que l’information sur Diplolib’ n’est pas aisée à trouver et ne connaissent pas les conditions d’utilisation
  • 87 % ne savent pas où sont les Diplolib’
  • 80 % sont pour l’augmentation du nombre de Diplolib’
  • 97 % voudraient qu’ils soient plus visibles
  • 87 % pour leur réservation en ligne
  • 65 % pour des Diplolib’ électriques
  • 61 % pour des Diplolib’ dans les postes

Les Diplolib’ sont encouragés, nous allons continuer notre démarche d’accompagnement de l’administration sur ce support de l’écomobilité.

Suite à notre intervention auprès du service client de Vélib pour demander que la station desservant le quai d’Orsay soit purgée le matin, nous avons constaté qu'il y avait maintenant beaucoup plus de places disponibles pour garer nos Vélib. Il n’y a souvent plus d’emplacements libres pour ceux qui viennent travailler, ce qui est une gêne pour les collègues. Notre interlocuteur nous a assuré qu’ils connaissent le problème d’affluence de cette zone le matin. Nous restons vigilants et, si ce souci persiste (n'hésitez pas à nous le signaler), l’association contactera de nouveau le service client.

Article d'Olivier Razemon, journaliste pour le journal Le Monde, spécialiste des politiques cyclables :

"Imaginons un visiteur passant quelques jours à Paris, et qui s’y déplacerait à vélo, un mode de déplacement vanté par la municipalité. A sa grande surprise, ce visiteur devrait subir le trafic intense et rapide, circuler sur des aménagements qui s’arrêtent net aux carrefours, emprunter des pistes cyclables encombrées de voitures stationnées, constater que les sas cyclables sont ignorés par les conducteurs des engins motorisés, et découvrir que les trottoirs sont en réalité des stationnements pour motos."

Lire la suite sur le blog d'Olivier Razemon.

Le ministère des affaires étrangères et du développement international, en collaboration avec l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et l’agence de l’écologie urbaine de la ville de Paris, a lancé le réseau des ambassades vertes à Paris, en présence d’une soixantaine d’ambassades étrangères. Dans la continuité de l’accord de Paris, l’objectif de ce réseau est de favoriser la coopération, les échanges de bonnes pratiques et la mise en œuvre de projets concrets dans les ambassades étrangères à Paris engagées dans la réduction de leur empreinte environnementale : développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, réduction des déchets, protection de la biodiversité, mise en œuvre d’une politique d’achats durables, etc.

En savoir plus

Toutes les questions que vous vous posez trouveront sûrement leurs réponses sur le site de l'Observatoire de l'indemnité kilométrique.