Depuis plusieurs années, l’OMS nous encourage à diminuer notre sédentarité, liée à nos modes de transport passifs (automobiles, transports en commun..) et à nos modes de vie (travail sur écran…). Pour lutter contre ce phénomène, outre le respect d’une « bonne hygiène de vie », l’OMS préconise au moins 150 à 300 minutes d’activité physique réparties sur la semaine.

Quoi de mieux que le temps de transport pour répondre à ces recommandations alors que nos agendas sont bien remplis par ailleurs laissant peu de temps à la salle de gym ou à la piscine. Des études scandinaves récentes (British Medical Journal ; 2017) ont montré que de se déplacer à vélo pour venir travailler était associé à une réduction significative de décès toutes causes confondues et plus spécifiquement par cancer ou maladies cardiovasculaires. Finalement choisir le vélo notamment pour venir travailler c’est prendre le risque :

  • D’améliorer fonction cardiaque et circulation sanguine contribuant à la réduction du risque cardiovasculaire,
  • De mieux respirer,
  • De perdre du poids en corrigeant les paramètres métaboliques (glycémie, cholestérol, triglycérides),
  • De renforcer muscle et structure osseuse,
  • De contribuer à l’élimination du stress de la journée (rôle des endorphines ?).

Si la pratique du vélo est accessible à un public très large, avant de se remettre à la pratique de ce sport il faut voir son médecin traitant et consulter un cardiologue. Toute médaille ayant un revers, pratiquer le vélo en ville c’est :

  • s’exposer à un risque accidentogène augmenté. Il faut savoir se protéger (casque +++, tenue adaptée), se faire voir (gilet fluorescent), garder un comportement adapté et courtois envers les autres usagers de la voie publique, tenir compte de la météo.
  • s’adapter aux pics de pollution : rouler plus lentement, choisir des trajets loin des grands axes réputés plus pollués que les petites rues, éviter les heures de pointe. .. Le port d’un masque peut être efficace pour se protéger des particules fines mais il n’est pas toujours facile de respirer à travers.

Néanmoins le bénéfice/risque reste pour beaucoup en faveur de la pratique du vélo. Le service médical de prévention du ministère est à votre disposition (secrétariat : 01 43 17 65 04) pour vous aider si vous le souhaitez.

Bon vélo à tous.

Olivier VERGELY, Chef du service de prévention médicale du quai d'Orsay